Chronologie - 1940

Chronologie de l'année 1940

© Auteur inconnu / 9 Avril 1940 / Wikimedia Commons / Domaine public

Janvier


4 janvier

• Accord entre la France et le gouvernement polonais en exil pour la reconstitution d'une armée polonaise en France.


7 janvier

• Le général Semion Timochenko est nommé commandant en chef des forces soviétiques sur le front finlandais en lieu et place du général Kliment Vorochilov.


10 janvier

• Adolf Hitler annonce aux commandants des trois armées, Hermann Göring (armée de l'air), Erich Raeder (marine) et Walther von Brauchitsch (armée de terre) sa décision de déclencher l'offensive à l'ouest le 17 janvier.

• Incident de Mechelen en Belgique. Un avion transportant deux officiers allemands fait un atterrissage forcé en Belgique, on trouve sur eux le plan d'offensive allemand prévoyant notamment la violation de la neutralité belge.


13 janvier

• Mobilisation générale en Belgique.


16 janvier

• En raison du mauvais temps et des documents perdus le 10 janvier, Adolf Hitler reporte au printemps son offensive à l'Ouest.


26 janvier

• Le colonel Charles de Gaulle envoie à 80 personnalités politiques et militaires un mémorandum intitulé L'avènement de la force mécanique, afin de les alerter sur les dangers qu'une offensive mécanique allemande ferait courir à la France.


29 janvier

• Devant les difficultés rencontrées sur le front, l'Union soviétique fait une proposition de paix à la Finlande mais exige en échange des concessions territoriales importantes.


30 janvier

• La Finlande rejette les conditions de paix soviétiques mais est enclin à négocier.


Février


5 février

• Le Conseil suprême interallié adopte un plan de débarquement en Norvège pour le 20 mars dans le but de soutenir les forces finlandaises.

• Officieusement, le réel objectif est de couper les livraisons de fer suédois à l'Allemagne transitant alors par Narvik.


9 février

• Les États-Unis décident d'envoyer en Europe le sous-secrétaire d'État Sumner Welles (en) afin de faire le tour des pays belligérants et tenter de trouver un terrain d'entente entre eux.


11 février

• L'Allemagne et l'Union soviétique signent un accord commercial pour contrer le blocus maritime franco-britannique.


12 février

• Trois rotors Enigma sont récupérés sur un membre de l'équipage du U-33 coulé dans le Firth of Clyde.


16 février

• La Suède rejette la demande de la Finlande d'accorder le droit de passage sur son territoire aux troupes étrangères qui souhaitent la secourir.

• Incident de l'Altmark au cours duquel le destroyer britannique Cossack attaque le navire de ravitaillement allemand Altmark, réfugié dans les eaux norvégiennes, pour libérer 299 prisonniers britanniques.


19 février

• À la suite de l'incident de l'Altmark, Adolf Hitler – persuadé que les Alliés n'hésiteraient pas à violer la neutralité norvégienne pour couper la route du fer suédois – ordonne d'accélérer les préparatifs de l'opération Weserübung (invasion de la Norvège).


23 février

• L'Union soviétique fait connaître aux Finlandais ses ultimes conditions de paix.

• La Finlande renouvelle sa requête auprès de la Suède et de la Norvège pour permettre le transit des forces expéditionnaires étrangères.

• Voulant demeurer neutres, la Suède et la Norvège rejettent une nouvelle fois la demande de la Finlande.


24 février

• Mise au point de la version finale du Plan Jaune (offensive allemande à l’Ouest).


26 février

• La Suède invite la Finlande à accepter les conditions de paix des Soviétiques et lui promet, dans cette éventualité, une aide importante pour reconstruire son pays.


Mars


1er mars

• Adolf Hitler modifie les objectifs de l'opération Weserübung. Il y inclut désormais l'invasion du Danemark en sus de la Norvège.


8 mars

• La Finlande propose un armistice mais les Soviétiques, qui gagnent du terrain sur le front, le repoussent.


12 mars

• Traité de Moscou entre la Finlande et l'Union soviétique.

• Fin de la guerre d'Hiver.



13 mars

• La fin de la guerre d'Hiver force le Royaume-Uni et la France à rappeler le corps expéditionnaire qui s'apprêtait à partir en Norvège.


18 mars

• Rencontre, au col du Brenner, entre Adolf Hitler et Benito Mussolini qui s'engage alors à entrer en guerre au moment opportun.


20 mars

• En France, Édouard Daladier est forcé de démissionner. Il est critiqué pour ne pas avoir pris l'initiative pour aider les Finlandais et, de ce fait, éviter la guerre sur le sol français.


21 mars

• Paul Reynaud succède à Édouard Daladier.


22 mars

• Raoul Dautry, ministre français de l'armement, confie au Deuxième Bureau la mission de prendre les Allemands de vitesse en récupérant sans attendre le seul stock mondial d'eau lourde encore disponible, soit 185 kg. Celui-ci est vendu aux Français et rapatrié le plus discrètement et rapidement possible.

Début de la bataille de l'eau lourde qui se termine 20 février 1944.



28 mars

• Le Conseil suprême interallié projette de miner les eaux norvégiennes où transite le fer suédois vers le Reich. Par ailleurs, dans un communiqué conjoint, le Royaume-Uni et la France s’engagent à ne pas conclure de paix séparée avec l'Allemagne.


29 mars

• Viatcheslav Molotov annonce la neutralité de l’Union soviétique dans la guerre entre le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne.


30 mars

• Mise en place à Nankin, en Chine, d'un gouvernement national pro-japonais présidé par Wang Jingwei.

• Les États-Unis refusent de reconnaître ce gouvernement et condamnent l'attitude du Japon.


Avril


2 avril

• Adolf Hitler fixe la date de l'opération Weserübung au 9 avril.


7 avril

• Les premiers navires de guerre allemands appareillèrent en vue de l'invasion de la Norvège.


8 avril

• Déclenchement de l'opération Wilfred. Dans la nuit, des navires de la Royal Navy mouillent des mines dans les eaux territoriales norvégiennes afin de dévier les convois allemands de fer suédois vers les eaux internationales.

• Informée par les Alliés, la Norvège proteste contre le mouillage des mines mais s'abstient de mobiliser.


9 avril

• Opération Weserübung, l'Allemagne attaque le Danemark et la Norvège.

• Début de la campagne de Norvège qui se termine le 10 juin 1940.

• À la nouvelle de l'offensive allemande, les Alliés demandent à la Belgique l'autorisation de pénétrer sur son territoire. Le gouvernement belge refuse.


10 avril

• Reddition du Danemark.


13 avril

• Occupation britannique des îles Féroé.


14 avril

• Débarquement franco-polonais dans plusieurs ports norvégiens, notamment Narvik. Des renforts britanniques débarqueront également en Norvège les jours suivants.


24 avril

• Josef Terboven est nommé commissaire du Reich en Norvège.


27 avril

• L'Allemagne déclare officiellement la guerre à la Norvège.

• Heinrich Himmler ordonne la construction du camp de concentration d'Auschwitz.

• Adolf Hitler annonce à son État-major son intention de débuter l'offensive à l'ouest la première semaine de mai.


Mai


2 mai

• Le roi Haakon VII, roi de Norvège, part en exil au Royaume-Uni.


5 mai

• Un gouvernement norvégien en exil est formé à Londres.


9 mai

• Le général Wilhelm Keitel, chef du commandement suprême de l'armée allemande, transmet les ultimes instructions d'Adolf Hitler pour l'offensive à l'Ouest. Elle est prévue le lendemain à 5h35.

• En raison de plusieurs avertissements du Vatican et des signes de mouvements des troupes allemandes, la Belgique place son armée en état d'alerte.


10 mai

• Début des opérations du plan Jaune (Fall Gelb), offensive allemande à l'Ouest contre les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et la France : Après des attaques aériennes préliminaires, le groupe d'armées B de Fedor von Bock attaque la Belgique et les Pays-Bas afin d'y attirer les troupes alliées. Le groupe d'armées C de Wilhelm von Leeb fixe les troupes françaises en simulant des attaques contre la ligne Maginot. Tandis que le groupe d'armées A de Gerd von Rundstedt fonce à travers le massif ardennais (que les dirigeants alliés pensaient infranchissable) avec pour objectif de franchir la Meuse puis de se ruer vers la Manche, coupant en deux l'ensemble des armées alliées.

• Fin de la Drôle de guerre et début de la Bataille de France qui se termine le 25 juin 1940.

• Les troupes allemandes envahissent le Luxembourg en quelques heures. La famille grand-ducale luxembourgeoise et son gouvernement parviennent à s'enfuir.

• Des troupes françaises et du corps expéditionnaire britannique pénètrent en Belgique pour s'allier à l'armée belge contre l'invasion nazie, exécutant ainsi le plan Dyle prévu de longue date.

• Critiqué et n'étant plus soutenu à cause de l’échec de la campagne de Norvège, Neville Chamberlain démissionne.

• Winston Churchill est nommé Premier ministre du Royaume-Uni.

• Des troupes britanniques envahissent l'Islande. Le but est d'assurer une présence alliée dans l'Arctique dans le cadre de la bataille de l'Atlantique.


11 mai

• En Belgique, grâce à des planeurs de combat et des parachutistes, les Allemands s'emparent du fort d'Ében-Émael. Il était considéré comme imprenable.


12 mai

• Dans le secteur des Ardennes, les troupes françaises se retirent derrière la Meuse, laissant Sedan aux Allemands.


13 mai

• Lors d'un de ses plus fameux discours à la Chambre des communes du Royaume-Uni, Winston Churchill déclare : « Je n'ai rien d'autre à offrir que du sang, du travail, des larmes et de la sueur. »


14 mai

• La Royal Air Force et l'aviation française tentent, en vain, de détruire les ponts du génie allemand sur la Meuse.

• Échec des contre-attaques françaises pour réduire la tête de pont allemande.

• Les Pays-Bas, envahis par les Allemands, capitulent.

• Bien que les négociations de cessez-le-feu aient commencé, la communication défaillante du côté allemand ne permit pas d'annuler le Bombardement de Rotterdam.

• Wilhelmine (reine des Pays-Bas) et son gouvernement arrivent à Londres.


15 mai

• Paul Reynaud déclare au téléphone à Winston Churchill : « Nous sommes battus, nous avons perdu la bataille ».

• Le Royaume-Uni lance la première attaque aérienne stratégique contre l'Allemagne : 99 avions attaquent des raffineries et des gares de triage dans la Ruhr.


16 mai

• Le général Maurice Gamelin donne l'ordre de repli aux forces françaises qui se battent en Belgique.

• Comme le président américain Franklin D. Roosevelt la veille, Winston Churchill exhorte Benito Mussolini à ne pas entrer en guerre contre la France et le Royaume-Uni.

• Lors d'un Conseil suprême interallié à Paris, les dirigeants français doivent reconnaître devant les Britanniques l'extrême gravité de la situation.


17 mai

• La 4e division cuirassée du colonel Charles de Gaulle, qui n'a même pas achevé sa formation, contre-attaque au sud de Montcornet.

• La 6e armée allemande de Walter von Reichenau entre dans Bruxelles sans combattre, la capitale belge ayant été déclarée « ville ouverte ». La Wehrmacht occupe également Louvain, Malines et Namur.


18 mai

• Paul Reynaud nomme un nouveau Cabinet afin d'essayer de renforcer la conduite française de la guerre : il prend lui-même le ministère de la Défense, le maréchal Philippe Pétain (alors ambassadeur de France en Espagne) devient vice-président du Conseil et Georges Mandel devient ministre de l'Intérieur.


19 mai

• Le Généralissime Maurice Gamelin est remplacé à la tête des armées alliées par le général Maxime Weygand, jusque-là commandement du Levant français en Syrie.


20 mai

• Ouverture du camp de concentration d'Auschwitz.

• Des unités avancées du 19e corps allemand d'Heinz Guderian atteignent la Manche à Noyelles-sur-Mer : Les Allemands encerclent et isolent quarante-cinq divisions alliées (notamment la 1re armée française, le Corps expéditionnaire britannique ainsi que ce qui reste de l'armée belge) dans la poche de Lille.


21 mai

• En regagnant son QG après la conférence d'Ypres, le général Gaston Billotte, chef du Groupe d'armées n° 1, est victime d'un grave accident de voiture. Il décède des suites de l'accident deux jours plus tard.


24 mai

• Sur ordre d'Adolf Hitler, les divisions panzers reçoivent l'ordre de stopper leur progression alors qu'ils sont à 15 kilomètres à peine de Dunkerque. Le but est de permettre à l’infanterie de recoller à la ligne de front afin qu'elle puisse se charger - avec la Luftwaffe - de détruire les dernières forces alliées coincées dans la poche de Lille et ainsi de préserver les blindés.

• Cela va donner le temps aux Britanniques et aux Français de renforcer leurs positions et rendre l'évacuation du Corps expéditionnaire britannique possible.


25 mai

• En raison de son action énergique pendant la bataille de Montcornet, le colonel Charles de Gaulle est nommé général de brigade à titre temporaire.


26 mai

• L'ordre est donné de commencer l'opération Dynamo : l'évacuation de Dunkerque des 400 000 soldats alliés enfermés dans la poche de Lille. Le vice-amiral Bertram Ramsay est nommé pour commander l'opération.

• Un périmètre défensif est établi sur la ligne du canal afin de protéger ce repli.


27 mai

• Abandonnée sur sa droite par l'armée anglaise qui s'est repliée en hâte sur Dunkerque, l'armée belge se trouve encerclée par l'ennemi.

• Après en avoir informé les gouvernements français et britannique, Léopold III (roi des Belges) commence à discuter des termes de sa capitulation.

• Les Alliés remportent la bataille de Narvik, en Norvège.


28 mai

• Le roi Léopold III accepte la reddition de l'armée belge sans consulter les autres alliés ou son gouvernement (qui est en exil en France). De plus, il refuse de partir en exil et sera interné par les Allemands. Cette décision, lourde de conséquences sur la politique du pays, sera à l'origine des controverses sur la "question royale", qui divisera les Belges de 1945 à 1950.

• Le gouvernement belge en exil d’Hubert Pierlot le désapprouve et déclare que le Roi est désormais en "incapacité de régner".

• Avant que la capitulation belge ne devienne effective, les forces britanniques et françaises s'empressent de se redéployer afin de combler l'absence des troupes belges sur le nord de Dunkerque.


31 mai

• Le président Franklin Delano Roosevelt annonce un programme de défense d'un milliard de dollars pour renforcer et moderniser les forces armées des États-Unis.


Juin


3 juin

• Paris : la Luftwaffe bombarde les usines Renault et Citroën. Il y a près de 200 morts.


4 juin

• Fin de l'évacuation des forces alliées repliées à Dunkerque. Au total, 338 226 soldats alliés ont été évacués, dont 115 000 Français et Belges.


5 juin

• Après la fin de la bataille de Dunkerque, la Wehrmacht se tourne vers le sud (Plan rouge, en allemand : Fall Rot).


6 juin

• France : remaniement du cabinet Paul Reynaud. Jugé trop défaitiste, Édouard Daladier ne fait plus partie du gouvernement. Parmi les nouveaux venus : le général de Gaulle, nommé sous-secrétaire d'État à la Guerre et à la Défense nationale. Il assume le rôle de conseiller militaire auprès de Paul Reynaud (qui cumule les fonctions de président du Conseil avec celles de ministre de la Guerre et ministre des Affaires étrangères) et est, de plus, chargé des relations personnelles entre Churchill et le président du Conseil français.


7 juin

• Fin de l’évacuation des troupes françaises et polonaises qui avaient débarqué à Narvik.


8 juin

• Au large de la Norvège, les croiseurs de bataille allemands Scharnhorst et Gneisenau coulent le porte-avions britannique HMS Glorious et ses deux destroyers d'escorte (HMS Acasta et HMS Ardent). Il y aura très peu de survivants.


10 juin

• Le gouvernement français se replie sur Tours et ses environs et le Grand Quartier général sur Briare

• L’Italie déclare la guerre à la France et au Royaume-Uni, malgré l’opposition de l’opinion, du roi et du comte Ciano. Le président Roosevelt qualifie cet événement de « coup de poignard dans le dos ». Néanmoins, sur le plan militaire, la déclaration de guerre du Duce aura (à court terme) très peu de conséquences, l'armée italienne se révélant totalement impuissante face aux quelques divisions de l'armée française des Alpes.

• Début de la campagne d'Afrique de l'Est qui oppose l'Italie présente dans l'Afrique orientale italienne aux alliées principalement au Soudan, en Érythrée, en Éthiopie, en Somalie et au Kenya (fin 27 novembre 1941).

• Francisco Franco proclame la non-belligérance de l'Espagne.


11 et 12 juin

• Conseil de guerre interallié de Briare.


11 juin

• Début de la guerre du désert à l'initiative de l'armée coloniale italienne présente en Libye (5e armée (en) et 10e armée).


14 juin

• Entrée des troupes allemandes à Paris, préalablement déclarée « ville ouverte ». Plusieurs personnes ne supportant pas l'arrivée des occupants se suicident, dont le célèbre chirurgien Thierry de Martel.

• Otto Abetz est nommé représentant officiel du ministère des Affaires étrangères à Paris.


15 juin

• Début de l'opération Ariel de rembarquement des troupes alliées (britanniques, polonaises, françaises et tchèques) dans les ports de l’Atlantique.

• Les Soviétiques occupent l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie. Après des élections contrôlées par l’Armée rouge, des régimes communistes sont mis en place et les opposants éliminés.

• Dans la soirée, le général de Gaulle, alors sous-secrétaire d'État à la Guerre et à la Défense nationale dans le gouvernement Reynaud, partisan de la p