top of page

Plan Dawes

Dans cet article, découvrez le plan Dawes signé à Paris le 16 août 1924 qui aménage les indemnités dues par l'Allemagne dans le cadre des réparations de la Première Guerre mondiale.

Comité Dawes (© Auteur inconnu / 08 avril 1929 / Wikimédia Communs / Domaine public)

Le plan Dawes signé le 16 août 1924 à Paris a été élaboré par

un comité d'experts financiers issus des pays alliés réunis à

Londres dès le début de l'année 1924.


Il modifie le calcul des dédommagements financiers dus par l'Allemagne pour les réparations de la Première Guerre mondiale, afin de tenir compte de la performance économique de la République de Weimar.


Le plan prévoit également le retrait des troupes françaises

de la région allemande de la Ruhr qu'elles occupent depuis

janvier 1923.


En parallèle, un emprunt international est émis sur le

marché obligataire américain, ce qui permet à l'économie

allemande de renouer avec la croissance.

Le plan Dawes est remplacé par le plan Young en 1929.


Contexte


Le plan Dawes est initié par les gouvernements américains et britanniques en 1923 qui sont effrayés de la situation de l'Allemagne en proie à l'hyperinflation et le désordre politique intérieur.


Il est élaboré par un comité d'experts financiers issus des pays alliés présidé par l'Américain Charles Dawes en association avec l'Allemand Hjalmar Schacht.


Le plan prend comme base de travail le traité de Versailles signé le 28 juin 1919 dont les articles 231, 233 et 234 et les annexes moratoires prévoient une somme équivalente à 20 milliards de marks d'or au nom des réparations de retard.


Les premiers versements de l'Allemagne devaient débuter le 1er mai 1921 mais l'Allemagne se déclare insolvable. En compensation, la Belgique et la France décident d'occuper la région de la Ruhr en Allemagne à partir de janvier 1923. Cette occupation est contestée par la jeune République de Weimar qui soutient financièrement la résistance à cette occupation, entraînant rapidement une crise de l'économie allemande, une importante dévalorisation du Mark et un renforcement des extrêmes politiques nationalistes et communistes.


Le comité


Composition


Le comité est constitué par Charles Dawes à la demande de la commission alliée chargée des réparations pour trouver une solution au défaut de paiement des indemnités dues par l'Allemagne.

Charles Dawes contacte différents représentants issus des pays alliés : les Belges Maurice Houtard et Émile Francqui, les Français Jean Parmentier et Edgard Allix, les Britanniques Josiah Stamp et Robert Kindersley, les Italiens Alberto Pirelli et Federico Flora, les Américain Owen D. Yong et Charles Dawes qui pris la présidence du comité.


Travail


Les membres se réunissent dès la fin de l'année 1923 à l'hôtel Astoria situé à Paris qui était également le siège de la commission alliée des réparations. Le comité rend un premier rapport le 8 avril 1924 qui est soumis aux différents gouvernements alliés puis aux représentants allemands.


Le comité se réunit également à la conférence de Londres qui se déroule du 16 juillet au 16 août 1924 en présence de l'Allemagne qui est invitée pour la première fois depuis la fin du conflit à rejoindre la table des négociations en tant que puissance souveraine.


Différents membres du gouvernement allemand sont présents, comme le chancelier Wilhelm Mar, le ministre des Affaires étrangères Gustav Stresemann et le ministre des finances Hans Luther. Des représentants alliés (américains, belges, britanniques, français et italiens) sont également présents.


Décisions


Le plan est signé le 16 août 1924 par les différents partis et est ratifié par l'Allemagne le 1er septembre 1924. Il prévoit les décisions suivantes :

  1. L'occupation de la région de la Ruhr par les forces militaires françaises et belges doit cesser, l'Allemagne peut récupérer son charbon ;

  2. Les indemnités de guerre dues par l'Allemagne, d'un total de 20 milliards de marks-or sont échelonnées dans le temps ; la première partie du versement d'un milliard de marks-or sur les cinq premières années (1919-1923),puis un second versement de 2,5 milliards de marks-or la sixième année (1924) puis sur le même fonctionnement des versements annuels jusqu'à amortissement total du nominal et des intérêts ;

  3. La Reichsbank, banque centrale allemande de 1876 à 1945, est réorganisée sous la supervision des Alliés ;

  4. Les capitaux de la première annuité de dédommagements incluent les ressources issues des transports, des droits de douanes ;

  5. L'Allemagne à l'autorisation de souscrire un premier prêt de 200 millions de dollars, sous la forme d’une série d'émissions obligataires sur les marchés financiers dont le marché américain.


<